Le port de bas de contention n’est pas obligatoire mais fortement recommandé par les professionnels de santé pendant la grossesse. En effet, le volume sanguin d’une femme augmente de 20% à 45% lorsqu’elle est enceinte. Les risques de thrombose veineuse profonde sont donc très élevés. Et l’usage d’un dispositif de contention soulage énormément la future maman jusqu’au terme mais également après l’accouchement.

L’utilité d’un bas de contention chez les femmes enceintes

Le bas de contention adoucit les sensations de jambes lourdes, prévient l’apparition des varices et solutionne l’insuffisance veineuse pendant la grossesse. Parmi tous les modèles en vente, les collants attirent les femmes enceintes car ils soutiennent mieux leurs jambes. Les bas élastiques sont plus pratiques car ils peuvent être portés même après l’accouchement. Les chaussettes de compression sont utiles uniquement si le problème veineux est localisé en dessous des genoux.

La classe de compression utile pendant la grossesse

Si la grossesse se déroule normalement, un bas de contention de classe 1 suffit à prévenir les gênes occasionnés par le changement hormonal, la prise de poids et la pression exercée par l’utérus. Par contre, un accessoire de compression de classe 2 est nécessaire si un trouble veineux est déjà diagnostiqué chez la future maman. Cette pression est également utile en cas de césarienne.

La meilleure période pour porter un bas de contention

Le bas de contention s’utilise au quotidien dès le troisième mois de grossesse jusqu’à un mois et demi après la délivrance. Il doit être porté le jour avant de se lever jusqu’au coucher mais pas la nuit dans le but de favoriser le retour veineux et de réguler la circulation sanguine dans le bas du corps.